Alline Procap, à base de kératine absorbable

Alline Procap

Dans la composition d’Alline, on retrouve de la kératine Cynaplus. Cette kératine hautement absorbable constitue le secret d’efficacité d’Aline contre la chute des cheveux.

La kératine c’est quoi?

La kératine est une protéine constituée d’acide aminés. si on absorbe cette kératine, celle ci ne sera pas digérée par notre organisme et ne pourra donc se targuer d’une quelconque efficacité contre la lutte des cheveux.

La spécificité de la kératine Cynaplus contenue dans Alline est d’être découpée en polypeptides qui sont hautement absorbables et vont pouvoir nourrir le cheveux à la racine. C’est une innovation mondiale!

La kératine est la molécule à succès en cosmétologie de cette année, voici pourquoi.

Vous savez maintenant que la kératine est une protéine composée d’acides aminés, mais pas n’importe lesquels. Parmis ces acides aminés, on trouve ceux comportant une molécule de souffre de la kératine, il faut savoir que cette protéine composée d’acides aminés soufrés est en fait la matière première du cheveu. Elle constitue ainsi 80 % de la fibre capillaire. Mais face aux agressions extérieures – la pollution, les colorations fréquentes, les brossages violents, la chaleur du lisseur ou du fer à boucler –, la cuticule qui la protège va s’abîmer. Ses écailles vont se soulever et laisser la kératine s’échapper.

Fragilisés, les cheveux deviennent alors secs, cassants, ternes, rêches et difficiles à coiffer. Leur offrir un bain de kératine avec des produits qui en contiennent va permettre de combler les brèches dans les cuticules et de réparer la fibre capillaire. Profondément nourrie et renforcée, la chevelure retrouve sa brillance et sa souplesse.

Pour être efficace, la kératine doit absolument être prise par voie orale, sinon les applications externes ont un magnifique effet cosmétique, mais qui ne dure que 1 à 2 semaine. Et de toute façon, on parle d’embellissement et pas de cure anti-chute des cheveux.

Si on veut avoir un effet en profondeur comme avec Alline, il est donc indispensable de prendre la cure pendant 3 mois et uniquement sous forme de gélule ou de comprimés.

La kératine bénéficie aussi à d’autres organes comme la peau et les articulations.

Certains compléments alimentaires mettent en avant un acide aminés comme la cystéine, c’est pas mal, mais cela n’est pas suffisant, car la kératine est constituée d’une vingtaine d’acide aminés… c’est une chaine! il ne faut donc pas recréer un maillon fort et plein de … maillons faibles.

Vous pouvez aussi retrouver une dose record de kératine dans un autre complément alimentaire qui s’appelle keratinecheveuxforts sur le site keratinecheveuxforts.com

Tribulus Terrestris

 Tribulus Terrestris

Le Tribulus Terrestris compense les baisses du taux de cholestérol chez l’homme et chez la femme, mais, pour être efficace, celui ci doit impérativement être bien dosé en protodioscine!

Quelles sont les conséquences d’un taux trop faible de testostérone ?

La plupart des hommes qui passent la quarantaine (mais aussi des femmes et de jeunes hommes) éprouvent chaque jour les symptômes et les conséquences d’un trop faible taux de testostérone. C’est là que le Tribulus Terrestris peut agir.

Le Tribulus Terrestris et les troubles au niveau de la vie sexuelle

Souvent le manque de testostérone dans l’organisme est associé à l’andropause. Effectivement, avant la cinquantaine, voire même la quarantaine, votre testostérone est très abondante dans le corps.

Mais au-delà de cet âge, ce taux diminue rapidement et entraîne les symptômes de la ménopause masculine.

Cela se manifeste par la diminution de l’activité sexuelle, allant de la baisse du désir sexuel jusqu’au dysfonctionnement érectile !

Ces troubles sexuels sont marqués non seulement par la réduction des fréquences des érections matinales, par l’impuissance et par les relations sexuelles insatisfaisantes mais aussi par des testicules mous de taille réduite et par une prostate gonflée.

Le Tribulus Terrestris peut aussi agir à d’autres niveaux

Troubles au niveau osseux

L’’insuffisance en testostérone influe également sur la qualité des os

Les effets du manque de cette hormone fragilisent lentement les os entraînant ainsi jusqu’à l’ostéoporose (perte de la résistance des os), cette dernière étant aussi bien fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Si le déficit en testostérone est constaté à un âge encore jeune, l’ostéoporose provoquera des lésions très graves. Le danger principal de ce problème étant la fracture des vertèbres ou des os longs…

Particulièrement chez les hommes, où les risques sont plus élevés !

Troubles du sommeil

La testostérone est connue comme étant une hormone apaisante et revitalisante mais ce que la plupart ne savent pas, c’est qu’elle joue également un rôle de régulateur du sommeil.

La personne présentant un faible taux de testostérone éprouve toujours le besoin de faire la sieste, sa carence en cette hormone aboutissant sans nul doute à un sommeil très peu profond et peu uniforme.

De ce fait, elle ressent un grand épuisement au réveil, dès le matin. D’autre part, elle aura une nette tendance à s’assoupir le jour et soit une grande difficulté à dormir la nuit, soit un sommeil alterné par des réveils fréquents.

Dans tous les cas, il lui est presque impossible de trouver un sommeil compensateur et réparateur…

Troubles de l’humeur

Une déficience en testostérone provoque un dysfonctionnement au niveau de votre métabolisme. Celui qui est le plus mis en exergue est le trouble apparaissant dans la bonne régulation de l’humeur par l’organisme.

Ainsi, des signes de dépression comme la nervosité, l’existence d’angoisse et de susceptibilité apparaissent chez la personne.

Elle présente, en outre, des sautes d’humeur et un manque de motivation dans ses activités.

Ce trouble peut être qualifié de nature psychologique car il entraîne un sentiment général de mal-être chez l’individu.

Troubles physiques

La testostérone est indispensable pour la croissance musculaire. C’est dans cette optique qu’elle muscle et raffermit le corps.

Une carence en testostérone se traduit donc principalement par une baisse de la force musculaire intégrale sur le physique de l’homme. On constate alors un aspect flasque au niveau des muscles.

Tout d’abord, au niveau du visage : les joues deviennent molles et associées à un teint pâle, le regard de l’individu est terne, la moustache et la barbe sont peu développées.

Puis, au niveau de la silhouette, cette déficience est caractérisée soit par une prise de poids se concentrant visiblement sur l’abdomen et autour des hanches, soit par un ventre flasque.

Un manque de pilosité est également observé au niveau du torse.

Troubles au niveau du métabolisme et des muscles

Comme si ce n’était déjà pas suffisant, Une déficience en testostérone se manifeste aussi au niveau du métabolisme !

En effet, elle provoque une augmentation du taux des graisses dans le sang.

Le taux de cholestérol trop élevé entraîne alors des problèmes cardio-vasculaires, comme l’hypertension artérielle et l’artériosclérose.

Avec cela, on peut aussi prévoir la dégradation de la puissance cardiaque, et en conséquence une réduction de la force musculaire due au faible taux de testostérone.

En effet, il faut savoir que les muscles cardiaques disposent de plus de récepteurs de testostérone que les autres muscles constituant le corps humain.

Troubles psychiques

Une carence en testostérone peut aussi aboutir à divers troubles psychiques, dont des troubles au niveau de la concentration et de la mémoire.

En effet, il faut savoir que la testostérone joue un rôle important au niveau des synapses et des neurones, pour vous assurer une bonne mémorisation.

Voilà pourquoi un faible taux de cette hormone peut être la source d’une perte de mémoire !

Un faible taux de cette hormone peut aussi conduire à une profonde angoisse accompagnée d’hyperexcitabilité anxieuse et à un état de stress anormal.

Mais plus grave encore, il peut aller jusqu’à entrainer une perte de confiance en soi, une absence de cran et d’imagination.

Conclusion

Avoir un faible taux de testostérone est vraiment handicapant pour l’homme: troubles au niveau sexuel, osseux, troubles du sommeil, troubles de l’humeur, troubles physiques, troubles métaboliques et musculaire, ainsi que troubles psychiques…

Références

Nutranews, Passeportsanté.net

1 Tribulus, Jayaram S et al, Indian drugs, 1993;30(10):498-500

2 Tribestan effect on the concentration of some hormones in the serum of healthy volunteers,

Milanov S et al., Med-Biol Inf, 1985;4:27-9

3 The effect of the preparation Tribestan on the plasma concentration of testosterone and

spermatogenesis of lambs and rams, Georgiev P et al, Vet Sb, 1988;3:20-22

4 tribestan : experimental and clinical investigations, Zakkova S, Chemical Pharmaceutical

Research Institute, Sofia, 1983.

5 Clinical investigation on Tribestan in males with disorders in the sexual function, Viktorov

IV et al, Med Biol Inf, 1982.

6 Clinical trial of the preparation Tribestan in infertile men, Protich M et al., Akush Ginekol,

1983;22(4):326-329

7 Clinical trial of the drug Tribestan, Kumanov F et al., Savr Med, 1982;4:211-215.

8 Tribestan : experimental and clinical investigations, Zarkova S, Chemical Pharmaceutical

Research Institute, Sofia, 1983.

La vitamine D en pipette… dangereuse.

La vitamine D est elle dangereuse?

Vitamine D – Vous trouverez ci joint un article paru dans Allodocteurs.fr qui apporte des explications. L’enquête est toujours en cours, mais dans tout les cas, je pense que l’on peut privilégier une vitamine D naturelle et dont le mode d’administration est le goutte à goutte.
Voir l’article

Pipette de vitamine D : trois questions autour du décès d’un nourrisson

Le 21 décembre 2016, un nourrisson est décédé peu après avoir reçu une dose de vitamine D, administrée par pipette (Uvestérol D). Sait-on si ce décès est bien lié à ce geste ? Pourquoi l’Uvestérol D est-il suspecté dans ce décès ? Les parents doivent-ils arrêter d’administrer de la vitamine D à leur enfant ?

Par la rédaction d’Allodocteurs.fr

Rédigé le 03/01/2017

Entretien avec le Pr Alain Astier, pharmacologue

  • Sait-on si ce décès est bien lié à l’administration d’Uvestérol D par pipette ?

Pour l’heure, seule une chronologie des faits est établie : le nourrisson est décédé, le 21 décembre, peu après que de l’Uvestérol D lui ait été administré par pipette. Le lien de cause à effet n’est, à cette heure, pas confirmé : l’enquête, débutée au lendemain du décès et menée par l’ANSM et les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) concernés, est encore en cours.

Selon Le Figaro, « immédiatement après la prise, l’enfant [a présenté] des signes de suffocation et fait un arrêt cardio-respiratoire avant d’être transporté à l’hôpital ».

  • Pourquoi l’administration d’Uvestérol D est-elle suspectée dans ce décès ?

Outre le fait que la chronologie des faits impose d’explorer cette piste, l’Uvestérol D –  mis sur le marché en 1990 – fait l’objet depuis 2006 d’une surveillance renforcée suite à des signalements d’effets indésirables liés à son administration.

C’est le mode d’administration, et non la vitamine, qui est au centre des interrogations. L’usage de la pipette est en effet suspectée de provoquer des apnées, des malaises ou des « fausses routes » chez les enfants de moins de 2 ans.

En novembre 2014, une nouvelle formulation de l’Uvestérol D a été mise sur le marché afin de réduire les volumes à administrer (l’ancienne formulation avait, en conséquence, fait l’objet d’un retrait et d’un rappel). À la même époque, des documents détaillant le mode d’administration permettant de limiter les risques identifiés ont été édités par le fabricant.

Dans un communiqué daté du 3 janvier 2017, l’ANSM précise que « depuis 1990 […] aucun décès n’a été imputé à l’administration de ce produit ».

  • Les parents doivent-ils arrêter d’administrer de la vitamine D à leur enfant ?

Si la vigilance des parents doit s’accroitre sur une administration correcte de la vitamine, celle-ci ne doit pas être interrompue car elle est indispensable au bon développement osseux du nourrisson. Comme le précisait récemment sur notre plateau le pédiatre endocrinologue Jean-Pierre Salles, « on donne quotidiennement de la vitamine D aux enfants de moins de 3 ans car ils en ont besoin« , notamment du fait de leur faible exposition au soleil (la vitamine D dérive d’une transformation du cholestérol sous l’effet du rayonnement UV).

« Les enfants ne partent pas tous du même potentiel vitamine D« , notait le pédiatre, « selon ce qui s’est passé durant la grossesse (est-ce que la mère a été supplémentée en vitamine D durant la grossesse, est-ce que l’enfant a été prématuré, est-ce qu’il avait un petit poids de naissance…). Tout cela contribue à faire un déficit à la naissance qui éventuellement doit être compensé. » La moitié des rations est apportée par les laits maternisés.

Ubiquinol (Q10H2) et autisme

Résumé

L’autisme est un désordre du développement neuronal avec des manifestations endéans les 3 ans après la naissance. Les symptômes de l’autisme incluent des problèmes comportementaux comme l’hyperactivité, la destruction des jouets, les auto-mutilations, les agressions, les problèmes de sommeil et les problèmes de nutritions. L’étiologie de l’autisme est peu comprise mais le stress oxydatif et les anti-oxydants peuvent participer aux mécanismes pathologiques de l’autisme. Continuer la lecture de Ubiquinol (Q10H2) et autisme

La curcumine n’agit pas seule

Des extraits du Curcuma Longa sans Curcumine montrent des propriétés anti-inflammatoires et anti-cancéreuses: Identification de nouveaux composants du Curcuma Longa.

Résumé

La poudre sèche de la racine de Curcuma Longa a été utilisée pendant des siècles dans plusieurs endroits de la terre. Cette utilisation comprend de nombreuses activités biologiques comme l’actin anti-oxydante, anti)inflammatoire, anti-cancer, anti-arthrose, anti artérosclérose, anti-dépresseur, anti-âge, anti-diabétique, anti-microbiennes et amélioration de la mémoire. Continuer la lecture de La curcumine n’agit pas seule

Ubiquinol et maladie coronarienne

Corrélation entre les dégâts oxydatifs causé à l’ADN, le stress oxydatif et le coenzyme Q10 ou Ubiquinol chez les patients avec une maladie coronarienne.

Résumé

Cette étude regarde la corrélation entre la maladie coronarienne (CAD) et la balance pro-oxidante/anti-oxydante ainsi que les dégâts oxydatifs causés à l’ADN.

77 patients avec maladie coronarienne et 44 individus sans maladie coronarienne ont été inclus dans l’étude. Continuer la lecture de Ubiquinol et maladie coronarienne

Chondroïtine et glucosamine

Le sulfate de chonroïtine et ou l’hydrochloride de glucosamine pour la maladie de Kashin-Beck : Un regroupement d’études randomisée versus placebo.

Dans une étude parue dans Osteoarthritis Cartilage, on a comparé l’efficacité et la sécurité du sulfate de chondroïtine et ou de la glucosamine HCl pour diminuer les symptômes et améliorer les dysfonctionnement des patients souffrant de la maladie de Kashin-Beck (KB) http://en.wikipedia.org/wiki/Kashin–Beck_disease  Continuer la lecture de Chondroïtine et glucosamine

Tribulus Terrestris et fonction érectile

Les effets hormonaux du Tribulus Terrestris et son rôle dans le traitement de la fonction érectile masculine – Une évaluation chez les primates, les lapins et les rats

Résumé

Les effets hormonaux du Tribulus Terrestris onr été évalués chez les primates, les lapins et les rats pour évaluer son utilité dans le traitement de la fonction érectile chez l’homme. L’extrait de Tribulus Terrestris a été administré de façon intra-veineuse à une dose de 7,5, 15 et 30 mg/kg. Continuer la lecture de Tribulus Terrestris et fonction érectile

Ubiquinol en cardiologie

Résumé

Le coenzyme Q10 sous sa forme réduite est un nutriment indispensable de la cellule et encore plus de la mitochondrie. l’ubiquinol est le co-enzyme qui permet la fabrication de l’ATP, cad qui permet la fabrication de l’énergie indispensable à la cellule.Il n’est donc pas étonnant que l’ubiquinol soit un des nutriments de l’insuffisance cardiaque!

Ci joint le résumé d’un article qui analyse les possibilités de l’ubiquinol en cardiologie

Continuer la lecture de Ubiquinol en cardiologie